Abdelwahab Meddeb, Kechiche, dans le lendemain tunisien Abdelwahab Meddeb, Kechiche, dans le lendemain tunisien Abdelwahab Meddeb, Kechiche, dans le lendemain tunisien
International

Abdelwahab Meddeb, Kechiche, dans le lendemain tunisien

Publié le 4 juillet 2013,
par VisionsMag.
Partager
()

Abdelwahab Medded et Abdelatif Kechiche, des cinquantenaires, montreraient-ils la voie vers un avenir apaisé à la jeunesse de Tunisie ? Ces deux intellectuels incarnent un véritable esprit de liberté et de conciliation entre les deux rives de la Méditerranée. La Tunisie est un pays jeune, animé par une jeunesse révolutionnaire qui a su faire chuter un régime autoritaire. Cette jeunesse fait aujourd’hui face à une situation délétère, les affrontements politiques sont quotidiens et les libertés pour lesquelles ils ont lutté se trouvent menacées.

La recherche d’un lendemain

La recherche d’un compromis entre deux mondes semble plus que jamais nécessaire à cette Tunisie ouverte sur l’Europe, avec laquelle elle a tant partagé. Concilier les traditions et les valeurs des deux rives de la Méditerranée pour aboutir à une société inscrite dans l’Islam certes, mais ouverte et démocratique.

Une jeunesse a besoin de faire tomber les idoles et celle de Tunisie vient de le faire avec courage et panache, montrant l’exemple à toute la jeunesse arabe en ouvrant la voie à ce qui fut le Printemps Arabe.

Une jeunesse doit également disposer de repères et de références pour structurer sa pensée sur la société et son avenir.

Abdellatif Kechiche, porte-voix de la jeunesse tunisienne

Des figures émergent et donnent des pistes de réflexion intéressantes. Quelques jours après le Festival de Cannes, on pense bien sûr à Abdellatif Kechiche. Le gagnant de la Palme d’Or possède désormais une aura plus importante que jamais.

Il n’a pas hésité à dédier son prix à cette jeunesse de Tunisie à laquelle il avait déjà exprimé son admiration lors de la Révolution de Jasmin. Les films de Kechiche peuvent choquer les membres les plus conservateurs de la population tunisienne, mais ils illustrent pourtant des valeurs dont le rappel peut sembler nécessaire en ces temps post-révolutionnaires troublés. C’est ce qu’il a fait en déclarant au Palais des Festivals : “à une autre jeunesse, il n’y a pas très longtemps, qui a vécu la révolution tunisienne, pour inspirer comment vivre librement, s’exprimer librement, aimer librement”.

Au lendemain du Printemps arabe, la Tunisie redessine son avenir, et toute une génération d'intellectuels -Abdellatif Kechiche, Abdelwahab Meddeb, ... - guide ce nouveau souffle.

Abdelwahab Meddeb, Islam et liberté

Figure différente mais tout aussi captivante, celle du penseur Abdelwahab Meddeb qui a également partagé sa vie entre la France et la Tunisie. Auteur d’une thèse sur “la double généalogie” de l’Europe des Lumières et du monde Islamique, Abdelwahab Meddeb veut concilier respect de l’Islam et défense des libertés. Pour Abdelwahab Meddeb, auteur du livre Le Printemps de Tunis, il est capital de vivre sa religion dans la sphère privée, sans l’ériger en barrage face à la modernité et aux libertés individuelles, et de bâtir une société dans laquelle la femme a toute sa place. Telles sont les grandes lignes de sa vision démocratique et humaniste.

Les idées avancées par l’essayiste Abdelwahab Meddeb sont essentielles à la construction d’une jeunesse ouverte sur le monde. Nombreux sont ceux qui aimeraient museler cette jeunesse qui a brisé ses chaînes, qui aimeraient la voir tranquillement rentrer dans le rang et abandonner ses rêves et ses ambitions. Meddeb comme Kechiche refusent cette position et souhaitent au contraire la voir conserver cette soif de vivre, cette soif de liberté.

Abdelwahab Meddeb et Abdellatif Kechiche démontrent une fois encore le rôle fondamental qu’occupent les artistes comme les intellectuels au sein de toutes les sociétés : faire progresser les consciences.