Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017 Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017 Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017
Politique

Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017

Publié le 7 mars 2017,
par VisionsMag.
Partager
()

Agnès Verdier-Molinié est une habituée des médias français. Invitée sur tous les plateaux de télévision pour défendre sa vision libérale de l’économie, elle s’adresse aux candidats à la présidentielle dans un livre.

Lorsqu’en 2000 elle passe sa maîtrise en histoire moderne, Agnès Verdier-Molinié est déjà obsédée par le contrôle des dépenses publiques et écrit son mémoire sur « les scandales politico-financiers sous Pompidou, vus par Le Canard enchaîné ». Dans son viseur : les impôts, les fonctionnaires, la dépense publique en général mais aussi les syndicats qu’elle accuse de freiner les réformes économiques. Dernièrement, c’est dans un livre qu’elle revendique sa vision libérale. Un ouvrage sous forme de proposition de programme économique à destination des candidats à l’élection présidentielle.

Une femme engagée et en dehors des partis

Agnès Verdier-Molinié est une femme influente. Classée 63e en 2003 dans un palmarès des Françaises les plus influentes selon le magazine Slate, elle est convoitée par le monde politique. Très proche idéologiquement des idées rigoristes de l’aile droite du parti Les Républicains, elle est courtisée aussi bien à droite qu’à gauche et ne croit d’ailleurs pas elle-même au clivage droite – gauche, lui préférant une opposition entre les réformistes et les non-réformistes. Elle dit par ailleurs apprécier le travail de nombreuses personnalités de gauche à l’image du président de la Cour des comptes, le socialiste Didier Migaud. En avril 2016, elle s’est notamment vue confier une mission de réflexion sur la refonte des minimas sociaux par le socialiste Christophe Sirugue. Mais Agnès Verdier-Molinié garde son indépendance et n’est jamais entrée dans quelque appareil politique que ce soit, allant même jusqu’à refuser d’intégrer un cabinet ministériel sous Nicolas Sarkozy.

Agnès Verdier-Molinié engagée dans l’iFRAP

C’est en 2002 qu’elle intègre l’iFRAP. La Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques est un think tank très libéral qui préconise une réforme de l’Etat et une baisse conséquente des dépenses publiques et de l’intervention de l’Etat de manière générale. Elle est notamment active dans des actions de lobbying auprès de l’Assemblée nationale.

En 2007, Agnès Verdier-Molinié devient directrice de la fondation. Au sein de l’institution, on loue son travail qui a rendu l’iFRAP et ses publications plus lisibles, moins techniques, plus abordables pour le grand public. Ses interventions quasi-quotidiennes dans les médias hexagonaux n’y sont peut-être pas étrangères.

Une habituée des médias

Car vu de loin, on pourrait presque croire qu’Agnès Verdier-Molinié est journaliste ou chroniqueuse politique. Auteure d’un premier livre en 2015, « On va dans le mur ! », dans lequel elle défend une diminution du nombre d’impôts, de normes et de fonctionnaires, elle est régulièrement l’invitée d’émissions politiques à la radio comme à la télévision, sur France 5, LCI, RMC, Europe 1, ou encore sur la très conservatrice Radio Courtoisie.

Agnès Verdier-Molinié veut lutter contre l’inflation législative

Plutôt que de rallier un parti, c’est par l’intermédiaire d’un livre qu’Agnès Verdier-Molinié entend faire entendre sa voix dans la campagne présidentielle. Dans son ouvrage intitulé « Ce que doit faire le (prochain) président », elle propose une feuille de route au prochain président de la République et des mesures économiques qui feraient, selon elle, sortir la France du marasme dans lequel elle est embourbée. Parmi ces mesures figurent par exemple un allègement conséquent de la législation (et notamment du code du travail) par une règle arithmétique simple : « supprimer deux lois pour une loi créée ». Elle espère ainsi voir le nombre de lois diminuer de 20 % en un quinquennat.

Parallèlement à cela, elle voudrait voir créer un open data de la législation française grâce auquel la société civile pourrait se rendre compte en temps réel de la lourdeur législative du pays et de son évolution.

Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017
Invitée sur tous les plateaux de télévision pour défendre sa vision libérale de l’économie, Agnès Verdier-Molinié s’adresse aux candidats à la présidentielle dans son livre "Ce que doit faire le (prochain) président".
Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017
Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017
Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017
Agnès Verdier-Molinié entend peser sur la campagne 2017

En guerre contre la complexité fiscale

Toujours par souci de simplification, mais aussi dans un esprit profondément libéral, Agnès Verdier-Molinié voudrait voir diminuer le nombre d’impôts prélevés auprès des particuliers et des entreprises. Une centaine de taxes sont dans son viseur, principalement celles qui sont les moins rentables pour l’Etat et constituent un frein à la consommation et à l’investissement. Elle espère ainsi voir la disparition de plusieurs d’entre-elles avec une règle inédite : interdire les taxes qui rapporteraient moins de 100 millions d’euros à l’Etat. Des mesures et conseils radicaux qui trouveront peut-être un écho favorable auprès de certains candidats à la Présidentielle 2017.

Photos : media.rtl.fr / workmag.me / albin-michel.fr / fnac.com  / terrainsdeluttes.ouvaton.org