image vide image vide image vide
Actualités

Barnier veut rassurer Dublin avant les négociations sur le Brexit

Publié le 11 mai 2017,
par Reuters.
Partager
()

DUBLIN (Reuters) – Michel Barnier, chargé de négocier avec Londres les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, s’est efforcé jeudi de rassurer l’Irlande et de garantir à Dublin que ses intérêts seront préservés lors des discussions sur le Brexit.

Les Irlandais sont préoccupés par les retombées d’un « Brexit dur » qui placerait la question migratoire au-dessus des avantages commerciaux et de l’accès au marché unique européen.

La République d’Irlande est le seul pays à partager une frontière physique avec le Royaume-Uni, l’un des ses principaux partenaires commerciaux.

« J’ai parfaitement conscience que certains Etats membres seront plus pénalisés que d’autres », a déclaré Michel Barnier devant les deux chambres du Parlement irlandais. « Je veux rassurer le peuple irlandais : dans cette négociation, les intérêts de l’Irlande seront les intérêts de l’Union. »

« Le Brexit modifie les frontières extérieures de l’Union. Je travaillerai avec vous pour éviter le rétablissement d’une frontière physique. Cette négociation ne mettra en aucun cas la paix en péril. »

Depuis le référendum organisé en juin 2016 en Grande-Bretagne, dirigeants et responsables irlandais ont tenu plus de 400 réunions avec leurs homologues européens pour insister sur la nécessité d’éviter un rétablissement des frontières physiques ou des contrôles douaniers avec le Royaume-Uni.

Jusqu’à l’accord du Vendredi-Saint d’avril 1998, qui a mis fin à trois décennies de violences entre catholiques et protestants, la frontière entre l’Eire et l’Irlande du Nord était matérialisée par des points de contrôle militaires.

Selon le Premier ministre irlandais, Enda Kenny, le rétablissement de ces contrôles pourrait conduire à une nouvelle flambée de violence entre les deux communautés.

 

(Padraic Halpin, Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles Trequesser)