image vide image vide image vide
Actualités

Londres doit sauver le Royaume-Uni d'un Brexit désastreux, selon Hague

Publié le 1 août 2017,
par Reuters.
Partager
()

LONDRES (Reuters) – Le Royaume-Uni s’achemine vers un Brexit calamiteux qui pourrait être le plus gros gâchis de son histoire, si le ministre des Finances Philip Hammond ne parvient pas à obtenir un divorce en douceur avec le restant de l’Union européenne, estime l’ancien chef de file des conservateurs William Hague.

Depuis le pari manqué de Theresa May sur les législatives du 8 juin, lors desquelles les Tories ont perdu leur majorité absolue aux Communes, la perspective d’un Brexit favorable est remise en question par les luttes intestines opposant les ministres sur le rythme et les conditions du départ de la Grande-Bretagne de l’UE.

Pour William Hague, par ailleurs ancien secrétaire au Foreign Office, le risque existe que certains partisans du Brexit sous-estiment le danger d’un fort ralentissement économique, voire d’une impasse dans les négociations avec l’UE sur le Brexit.

« Le risque existe de voir le Brexit devenir le plus gros gâchis économique, diplomatique et constitutionnel de l’histoire moderne du Royaume-Uni, avec des conséquences inconnues pour le pays, pour le gouvernement et pour le projet du Brexit lui-même », écrit William Hague dans les colonnes du Daily Telegraph.

L’ancien patron des Tories appelle de ses voeux une approche du Brexit qui simplifie les négociations, réduise la nécessité d’adopter de nouvelles lois à la va-vite et rassure le monde des affaires. Selon lui, il faudrait que le Royaume-Uni demeure dans le marché unique européen pendant une période de transition.

William Hague, qui avait fait campagne pour le maintien dans l’UE lors du référendum du 23 juin 2016, s’est félicité que Philip Hammond recherche une telle approche du Brexit.

« Les partisans de longue date du divorce voient là une position ‘modérée’ voire un recul. En réalité, c’est un plan qui vise à éviter que le Brexit ne nous mène au désastre », juge-t-il.

 

(Emma Thomasson; Eric Faye pour le service français)