Maurice A. Amon, la passion de la transmission Maurice A. Amon, la passion de la transmission Maurice A. Amon, la passion de la transmission
Biographie

Maurice A. Amon, la passion de la transmission

Publié le 25 octobre 2017,
par VisionsMag.
Partager
()

Méconnu du public français, Maurice A. Amon est devenu en quelques années une figure notable du monde de l’art contemporain. Collectionneur et catalyseur de talents, ce fils d’industriel a fait de la transmission de la culture l’un de ses chevaux de bataille grâce à sa fondation éponyme, la Fondation Maurice Amon. En juin 2017, le Musée d’Art Moderne a rebaptisé sa plus grande salle d’exposition en son honneur, pour sceller un partenariat qui se prolongera sur la prochaine décennie.

Zao Wou-Ki, Simon Hantaï, Hans Hartung, Gérard Schneider ou encore Christopher Wool. Voilà quelques-uns des noms qui figurent parmi le nouvel accrochage de la plus grande salle du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (MAM-VP), rebaptisée début juin « Salle Albert Amon ». Une salle dédiée aux plus grands artistes du mouvement abstrait, surplombant la Tour Eiffel, qui rend aujourd’hui hommage à la relation d’un père à son fils, tous deux liés par un amour profond de l’art.

Interrogé lors de l’inauguration de la salle Albert Amon par le quotidien français Les Echos, Maurice A. Amon répond avec lucidité : son engagement pour la culture, il le doit à son père, qui lui a donné le goût des belles œuvres et le désir de les partager. Originaires de Suisse, c’est grâce à son père que Maurice A. Amon a eu la chance dès son plus jeune âge d’embrasser le monde de l’art, accompagnant ce dernier lors de ses nombreux voyages à Paris.

“La vie a trois stades : tout d’abord on apprend, ensuite on construit, puis on profite” – Maurice A. Amon

Héritier de la société suisse SICPA, leader mondial des fournitures de systèmes de traçabilité et d’encres de sécurité pour la monnaie scripturale, Maurice A. Amon n’a cessé de travailler à développer à l’international un groupe industriel innovant, avec son frère Philippe. Co-chairman et co-PDG de la société jusqu’en 2012, il choisit à cette date de prendre une nouvelle orientation, en fondant sa société d’investissement Investmon, mais surtout, en dédiant son énergie et son temps au monde culturel, par le biais de sa fondation, la Fondation Maurice Amon.

Maurice A. Amon entretient avec l’art une relation passionnelle. Il avoue être davantage guidé par la curiosité que par l’investissement. Et les projets dans lesquels il s’investit retranscrivent cette passion : Hô-Chi-Minh, Gstaad, Paris ou encore Jérusalem, ce sont les voyages et les rencontres qui façonnent le parcours de  cet homme éclairé.

Du Musée d’Art Moderne à la résidence d’artiste locale

Collectionneur et partenaire d’institutions renommées, Maurice A. Amon veut aussi promouvoir les jeunes talents et favoriser la création. A la fin des années 2000, il travaille entre Hong Kong et le Vietnam quand il découvre le San Art Laboratory, une résidence d’artistes. Grand amateur d’art chinois, il en deviendra l’un des plus importants donateurs. Au gré de ses rencontres et de ses coups de cœur, la collection d’art contemporain de Maurice A. Amon se densifie ; les projets et les partenariats de la Fondation prennent de plus en plus d’ampleur.

Cette année, Maurice A. Amon a posé ses bagages à Jérusalem, en soutenant l’exposition d’Ai Weiwei, « Maybe, Maybe Not » au musée d’Israël. Enfin il y a seulement quelques mois, Maurice A. Amon s’est engagé à financer pour la décennie à venir l’ensemble des projets et des travaux de la salle 1 du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, désormais connue sous le nom de salle Albert Amon.

Maurice A. Amon, la passion de la transmission
Méconnu du public français, Maurice A. Amon est devenu en quelques années une figure notable du monde de l’art contemporain. Collectionneur et catalyseur de talents, ce fils d’industriel a fait de la transmission de la culture l’un de ses chevaux de bataille grâce à sa fondation éponyme, la Fondation Maurice Amon.
Maurice A. Amon, la passion de la transmission
Maurice A. Amon, la passion de la transmission

La Fondation Maurice Amon : un devoir de transmission

Aujourd’hui, la Fondation Maurice Amon est investie de deux missions, l’une consacrée à l’art et la seconde, à l’éducation. Deux aspects fondamentaux de sa jeunesse que Maurice A. Amon souhaite transmettre, comme son père l’avait fait pour lui.

Eclectique mais résolument contemporaine, la sélection de projets de la Fondation Maurice Amon ne pose pas de limites. Maurice A. Amon quant à lui, ne voit pas le futur autrement : dans une interview donnée au magazine Flash Art, il a déclaré ne pas envisager de sédentariser sa Fondation à travers une institution ou un musée. Au lieu de cela, la Fondation Maurice Amon, globale, collabore avec les musées et les institutions, et évolue sans contrainte de lieu ou de temps.

Mais son engagement, Maurice A. Amon souhaite surtout l’inscrire dans le temps : après son partenariat avec le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris pour les dix prochaines années, Maurice A. Amon réfléchit à un nouveau projet : fonder une résidence d’artistes à Gstaad, combinant un atelier, un programme de résidence, et des workshops d’artistes. Un nouveau challenge pour cet homme, porté par une énergie créatrice prolifique.