image vide image vide image vide
Actualités

Le prorusse Radev prête serment en tant que président bulgare

Publié le 19 janvier 2017,
par Reuters.
Partager
()

SOFIA (Reuters) – Roumen Radev, novice en politique qui a bénéficié du soutien des socialistes, a été investi jeudi dans ses fonctions de président de la Bulgarie, et il a annoncé qu’il prononcerait la dissolution du parlement dans une semaine, après l’effondrement du gouvernement de centre droit.

Roumen Radev, ancien chef de l’armée de l’air connu pour ses sympathies prorusses, prendra officiellement ses fonctions dimanche. Dans son discours d’investiture, il s’est engagé jeudi à maintenir la place de son pays dans l’Union européenne et dans l’Otan tout en améliorant les relations avec la Russie.

La victoire décisive de cet indépendant lors de la présidentielle en novembre a acculé le gouvernement de Boïko Borissov à la démission, ce qui augurait d’une période d’incertitude politique prolongée et rendait pratiquement inévitable des élections législatives anticipées.

« Vous avez encore une semaine (avant la dissolution) », a dit le nouveau président aux parlementaires, ce qui signifie qu’en vertu de la Constitution, les prochaines législatives pourraient avoir lieu le 26 mars.

Ces législatives, qui seront les troisièmes en Bulgarie depuis 2013, pourraient bien, à en croire les politologues, accoucher de nouveau d’un gouvernement fragile, peu à même de procéder à des réformes d’envergure.

 

POSTE HONORIFIQUE

« La politique extérieure de la Bulgarie doit être ouverte sur le monde, elle doit trouver des amis et des partenaires, et non pas des ennemis », a estimé Roumen Radev, qui a été formé comme pilote de l’armée de l’air aux Etats-Unis et parle couramment anglais, mais aussi russe et allemand.

Sa position envers la Russie contraste avec celle du président sortant, Rosen Plevneliev, qui fut l’un des 17 dirigeants d’Europe orientale à signer une lettre pour demander à Donald Trump de ne pas assouplir les sanctions imposées à Moscou pour son rôle dans le conflit ukrainien et pour l’annexion de la péninsule de Crimée en 2014.

Roumen Radev est partisan d’une levée des sanctions contre la Russie mais il n’y a pas fait allusion jeudi, pas plus qu’à la Crimée.

Pays de 7,2 millions d’habitants frontalier de la Turquie, la Bulgarie a rejoint l’Union européenne en 2007 mais dépend toujours presque entièrement de la Russie pour ses fournitures énergétiques et ses livraisons d’armes, sans oublier que les touristes russes sont une source importante de revenus.

Dans son discours d’investiture, Roumen Radev a préconisé également jeudi un renforcement des contrôles aux frontières pour freiner l’afflux de migrants.

Le chef de l’Etat occupe en Bulgarie une fonction essentiellement honorifique, mais il exerce une influence sur l’opinion publique. C’est lui qui nomme les ambassadeurs et il peut opposer son veto une fois à un texte de loi.

 

(Tsvetelia Tsolova; Eric Faye pour le service français)