image vide image vide image vide
Actualités

Steven Mnuchin devient secrétaire américain au Trésor

Publié le 14 février 2017,
par Reuters.
Partager
()

WASHINGTON (Reuters) – Steven Mnuchin a prêté serment lundi à la Maison blanche peu de temps après avoir obtenu le feu vert du Sénat pour prendre la fonction de secrétaire américain au Trésor.

Le Sénat a confirmé le choix de Donald Trump par 53 voix contre 47. Tous les élus démocrates, sauf un, ont voté contre Steven Mnuchin.

Ils considèrent Steve Mnuchin, 54 ans, comme l’un des membres les plus controversés de la future administration Trump, notamment en raison de son passage à la tête de OneWest Bank après la crise financière de 2007-2009.

Les élus ont ainsi rappelé en janvier les 36.000 saisies immobilières auxquelles l’établissement a procédé après l’accord lucratif qu’il a lui-même conclu avec la Federal Deposit Insurance Corporation, l’agence chargée de garantir les dépôts bancaires.

Steven Mnuchin a fait valoir au contraire que sa banque avait proposé des remboursements réduits à 101.000 emprunteurs pour leur permettre de garder leur maison et il a ajouté que le redressement de la banque en faillite IndyMac, devenue OneWest, avait permis de sauver des milliers d’emplois et de familles.

Lors de sa prestation de serment, Donald Trump a affirmé que Steven Mnuchin serait « le champion des citoyens américains ».

« Ils va se battre pour une diminution des impôts payés par les classes moyennes, la réforme financière qui va permettre d’ouvrir et de créer des millions de nouveaux emplois », a-t-il dit.

Steven Mnuchin sera notamment chargé de mettre en oeuvre le programme économique et financier de Donald Trump, réforme des impôts et dérégulation financière, notamment.

Parmi les dossiers dont il devra s’occuper rapidement, figure l’expiration le 15 mars du dispositif suspendant l’effet du plafonnement de l’endettement américain et le surlendemain une réunion des ministres des Finances des 20 principales économies de la planète où l’on risque de l’interroger sur la volonté de Donald Trump d’instaurer des mesures protectionnistes.

« On se pose la question de savoir si l’administration va se couper d’elle même de la coopération monétaire internationale, que ce soit en agissant sur la politique du taux de change ou en révisant les relations vis-à-vis des institutions multilatérales ou des dispositifs internationaux de régulation », souligne Edwin Truman, ancien responsable au Trésor et à la Réserve fédérale.

 

(David Lawder, Nicolas Delame pour le service français)