Tony Comiti : Tony Comiti : Tony Comiti :
Biographie

Tony Comiti : "La situation des journalistes de guerre est vraiment préoccupante"

Publié le 3 septembre 2014,
par VisionsMag.
Partager
()

Tony Comiti est un grand nom du journalisme. Reporter photographe à ses débuts à 19 ans et aujourd’hui producteur de la plupart des sujets d’investigation diffusés sur les grandes chaînes nationales. Tony Comiti a été en 1979 le plus jeune grand reporter de TF1 – alors qu’il avait 29 ans – et a couvert de nombreux conflits (en Amérique Latine principalement) au cours de sa riche carrière. Il nous en dit un peu plus sur le fonctionnement de sa société, Tony Comiti Productions, et nous livre sa vision des évolutions du métier de reporter, principalement sur les zones de conflits. Rencontre.

Tony Comiti, pouvez-vous nous présenter votre société, Tony Comiti Productions ? Où intervient-elle dans le processus de création de l’information ?

Tony Comiti : Comme son nom l’indique, Tony Comiti Productions est une agence de presse TV qui produit des documentaires et reportages d’actualité, le plus souvent d’investigation, qui sont ensuite achetés par les grandes chaînes nationales et diffusés dans le cadre d’émissions comme 66 minutes, Enquête Exclusive, Envoyé Spécial, Zone Interdite ou encore TF1 Reportage. Mon équipe dirigée par Patrick Lucchini, directeur de l’information, se compose de cinq rédacteurs en chef et de grands reporters chevronnés. Cela étant, notre savoir-faire ne se limite pas aux sujets d’enquête. Nous produisons également des séries documentaires, comme Les routes de l’impossible, sur France 5, qui en est à sa 7ème saison, ou encore Histoire Immédiate sur France 3. Notre filiale Kalisté Productions est par ailleurs spécialisée dans la production de films corporate.

Les chaînes ne produisent pas elles-mêmes ce type de reportage ?

Tony Comiti : Il y a quelques années, les chaînes produisaient encore beaucoup de reportages en interne mais désormais, elles font souvent appel à des sociétés comme la nôtre. Notre savoir-faire est aujourd’hui reconnu. Nous sommes capables d’aller suffisamment vite pour décrypter l’actualité tout en respectant le cadre budgétaire limité imposé par les chaînes.

On vous entend régulièrement prendre la parole pour défendre la profession. C’est quelque chose qui vous tient à coeur ?

Tony Comiti : Oui, la liberté de la presse est fondamentale dans notre démocratie. Alors quand je suis confronté à des tentatives de censure, cela me dérange. Je suis agacé du recours de plus en plus fréquent aux “référés préventifs” pour faire interdire la diffusion de reportages. Heureusement, la justice reste souvent du côté de la presse. Mais le principe même d’un contrôle préventif me semble très dangereux.

Sur un autre registre, le métier de journaliste de terrain semble de plus en plus précaire et de plus en plus dangereux. Vous avez vous-même été reporter de guerre, comment analysez-vous l’évolution du métier ?

Tony Comiti : Etre reporter de guerre a toujours été un métier très dangereux. Quand on évolue dans une zone de conflit, on n’est jamais à l’abri et j’ai moi-même perdu plusieurs amis quand je couvrais des guerres civiles en Amérique Latine. Autrefois, les journalistes étaient comme les médecins ou les services de secours, et le brassard presse offrait une relative sécurité.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui ?

Tony Comiti : De moins en moins. Sur certains conflits, les reporters préfèrent même cacher qu’ils sont journalistes pour éviter d’être pris pour cibles car les guerres d’aujourd’hui sont aussi des guerres de l’information. L’assassinat sauvage de deux journalistes américains par l’Etat Islamique ces derniers jours en est un témoin particulièrement tragique.  Les combattants savent que les journalistes ont une vraie valeur, d’échange et symbolique, dans les démocraties et cela les pousse à les enlever ou à mettre en scène leurs exécutions. C’est une situation vraiment préoccupante.

Vous vivez avec cette angoisse au quotidien en tant que patron de Tony Comiti Productions ?

Tony Comiti : La nature de nos reportages et de nos documentaires nous met effectivement parfois dans des situations délicates. Mais nous prenons toujours les mesures de sécurité adéquates. Nous avons plusieurs fois eu des frayeurs mais, heureusement, nous n’avons jamais perdu personne.

 

Tony Comiti :
Tony Comiti est un grand nom du journalisme, aujourd’hui producteur de la plupart des sujets d’investigation diffusés sur les grandes chaînes nationales.