La vie reprend ses droits en Russie... même à Moscou. La vie reprend ses droits en Russie... même à Moscou. La vie reprend ses droits en Russie... même à Moscou.
International

La vie reprend ses droits en Russie... même à Moscou.

Publié le 1 juin 2020,
par VisionsMag.
Partager
()

Avec plus de 370 000 cas confirmés, la Russie est actuellement le 3e  pays le plus touché par le Covid-19. Néanmoins, le pays a entamé une prudente procédure de déconfinement, surtout dans la capitale, davantage affectée par la pandémie.

Un long mois de mai

La « période chômée rémunérée pour tous » décrétée fin mars et prolongée à deux reprises s’est terminée le 12 mai pour les Moscovites et autres habitants de Russie. L’annonce a été faite par Vladimir Poutine lors d’une visioconférence avec les régions mais chacune d’entre elles décide de lever ou de garder les restrictions en fonction de sa situation épidémiologique.  

En effet, depuis le début de la crise le gouvernement a laissé une large marge de décision aux autorités régionales. Dans un pays aussi vaste, la propagation du virus varie forcément d’une région à l’autre, ce qui explique que les mesures ne soient pas centralisées au Kremlin.

De toute évidence, cette liberté de manœuvre s’applique également aux mesures de déconfinement, et c’est aux différentes régions de décider s’il faut ou non procéder à un allègement des restrictions. V. Poutine a cependant tenu à rappeler que la prudence est de mise. « Toute négligence ou hâte peut se transformer en un recul, a-t-il précisé. Le prix de la moindre erreur est la sécurité, la vie et la santé de notre peuple ».

En effet, la situation est périlleuse en Russie. Depuis le 2 mai, le pays a enregistré un minimum de 9000 nouveaux cas quotidiennement. Néanmoins, le gouvernement russe se rassure grâce à un taux de mortalité assez faible avec 3 968 décès depuis le début de la crise pour 370 680 cas confirmés. Le Kremlin affirme que si le ratio contamination/décès est si bas car la Russie a fermé ses frontières dès le mois de mars. De plus, le pays effectue un dépistage massif qui, au 12 mai, avait déjà profité à plus de 5,8 millions de personnes et aujourd’hui, ce chiffre approche les 9,5 millions.

L’exception Moscou

Grâce à toutes les mesures entreprises, le pays semble être sorti sur ce que l’on appelle le plateau, et le gouvernement russe a donc décidé d’opter pour déconfinement progressif et très prudent. Il faut dire que le confinement a été particulièrement rude pour l’économie russe. Vladimir Poutine a ainsi encouragé ses compatriotes à relancer la machine économique et la reprise des activités, notamment dans les secteurs de l’industrie, du bâtiment, de l’agriculture et de l’énergie (particulièrement touché par la chute du prix du pétrole).

Cependant, puisque Moscou représente de loin le plus gros foyer d’épidémie de Russie, les mesures de déconfinement sont logiquement plus timides dans la capitale. Certes, depuis le 12 mai, environ 500.000 moscovites évoluant dans le milieu de l’industrie ou de la construction sont retournés au travail. Cela pourrait sembler peu pour une ville de douze millions habitants, mais c’est beaucoup pour une ville où la vie s’est arrêtée depuis un mois et demi.

Le demi-million d’habitants de Moscou qui doit retourner au travail est tout de même dans l’obligation de porter un masque et des gants de protection. Cela s’applique bien sûr dans les supermarchés mais également dans les transports en commun. Très fréquenté et indispensable à un grand nombre de travailleurs, le métro de Moscou est soumis à de strictes règles de précautions sanitaires, à la fois dans les couloirs ainsi qu’à l’intérieur des rames. Les nouvelles rames « Moskva » du métro moscovite sont en effet équipées de lampes à UV germicides. En passant par ces lampes, l’air qui arrive dans les compartiments est ainsi épuré de tout virus ou bactérie. Ces rames sont fabriquées par Metrowagonmash (filiale du groupe Transmashholding présidé par Andrey Bokarev).

Pour le reste de la population de Moscou, l’essentiel des mesures de confinement reste en vigueur jusqu’au 31 mai. En conséquence, les personnes hors de leur domicile sans raison valable seront sanctionnées d’une amende de 5000 roubles, soit plus de 60 euros. Plus généralement aucune réouverture des écoles ou des restaurants n’est à prévoir, et les rassemblements sont toujours interdits jusqu’à nouvel ordre.

La vie reprend ses droits en Russie... même à Moscou.
La vie reprend ses droits en Russie... même à Moscou.