image vide image vide image vide
Actualités

Un Américain "brutalisé" pendant sa détention en Corée du Nord

Publié le 15 juin 2017,
par Reuters.
Partager
()

WYOMING, Ohio (Reuters) – Un étudiant américain de 22 ans libéré mardi par les autorités nord-coréennes souffre de graves lésions neurologiques après avoir été, selon son père, « brutalisé » durant sa détention.

Otto Warmbier est dans le coma depuis plus d’un an et son état de santé est stable, a-t-on précisé au centre médical de l’Université de Cincinnati, dans l’Ohio, où il a été pris en charge après son rapatriement.

Il a été « brutalisé et terrorisé », par le régime nord-coréen a accusé son père, lors d’une conférence de presse organisée dans le lycée qu’a fréquenté son fils, à Wyoming, une petite ville de la banlieue nord de Cincinnati.

Fred Warmbier a affirmé que sa famille ne croyait pas à la thèse avancée par les Nord-coréens selon laquelle son fils a plongé dans le coma après avoir contracté le botulisme, une affection neurologique, et pris un somnifère.

Les médecins du centre médical de Cincinnati ont rapporté jeudi qu’il n’y avait aucune trace de botulisme dans son organisme.

D’après un haut représentant américain cité par le New York Times, Washington savait par les services de renseignement que le jeune homme a été battu à plusieurs reprises lors de sa détention en Corée du Nord.

L’agence de presse officielle de Corée du Nord KCNA a rapporté jeudi sur son site internet que l’étudiant avait été « renvoyé chez lui le 13 juin 2017 pour des raisons humanitaires ».

Otto Warmbier, étudiant à l’Université de Virginie, avait été condamné à quinze ans de travaux forcés en janvier 2016 pour « agissements contre l’Etat », en l’occurrence avoir tenté de dérober à son hôtel de Pyongyang une affiche de propagande.

Trois autres Américains sont toujours en détention en Corée du Nord. Ils ont été vus par le diplomate américain, Joseph Yun, qui a négocié la libération d’Otto Warmbier, a fait savoir le département d’Etat.

 

(Ginny McCabe, avec Jon Herskovitz à Austin, Hélène Dauschy et Gilles Trequesser pour le service français)