image vide image vide image vide
Actualités

John Kasich, l’anti-Trump du Parti républicain ?

Publié le 17 mars 2016,
par VisionsMag.
Partager
()

Mardi 15 mars, John Kasich remporte enfin, dans l’Etat de l’Ohio dont il est le gouverneur, une victoire aux primaires républicaines. Un succès tardif mais qui le repositionne juste derrière le très médiatisé et favori Donald Trump. Si le candidat « modéré », qui n’avait même pas recueilli 2% des votes au caucus de l’Iowa, avance dans l’ombre médiatique de son fantasque concurrent, il a encore quelques chances pour faire pencher la balance en sa faveur. Portrait du monsieur anti-Trump des Républicains.

Né en 1952 en Pennsylvanie, l’actuel gouverneur de l’Ohio élu en 2010 et réélu en 2014, tient probablement son aspect modéré par ses origines modestes. D’origine tchéco-croate, fils de facteur, John Kasich met en avant ses origines dans son discours en se montrant en homme simple, un père, un mari, un croyant. Il est diplômé en sciences politiques à l’université de l’Etat d’Ohio. Déjà hautement concerné par la politique de son pays à l’époque, il écrivit une lettre au président Nixon qui fut envoyée à la Maison Blanche. Le jeune étudiant de 18 ans eut ainsi le privilège de se voir accorder un entretien de 20 minutes avec le président des États-Unis. De quoi prédire à Kasich un brillant avenir politique.

Il rejoint le sénat de l’Etat d’Ohio en 1978 en remportant son duel face à Robert O’Shaughnessy, devenant, du même coup, le plus jeune sénateur jamais élu dans l’Ohio. D’autre part, il effectue neuf mandats en tant qu’élu à la Chambre des représentants entre 1983 et 2001, intégrant le congrès du 12ème district de l’Etat d’Ohio. Il y fut très actif en portant une attention particulière à la fiscalité, bénéficiant du soutien des Républicains et des Démocrates. Il a notamment été un grand artisan des réformes d’équilibre budgétaires de 1997.

Kasich contre les dépenses militaires

Durant cette période, Kasich fut aussi membre du Comité de défense durant 18 ans, étant préoccupé par les dépenses militaires qu’il considérait comme inutilement importantes. Il contribua activement au passage du traité de Goldwater-Nichol en 1986, qui réorganisa le système de défense américain. Il participa à l’établissement d’une commission pour la fermeture des bases militaires américaines obsolètes, et s’opposa avec succès à un programme d’agrandissement du Pentagone de plus de 100 millions de dollars.

Il proposa un renforcement du contrôle sur les armes ainsi que sur les substances biologiques pouvant potentiellement être usées à des fins militaires. Les positions modérées de John Kasich quant aux armes à feu et la défense se traduisent par ses efforts consacrés pour le bannissement des armes d’assaut en 1994, par son soutient total à la Guerre du Golfe en 1990 et à l’envoi des troupes en Irak en 2001, mais aussi par son opposition à une implication américaine dans les guerres civiles au Liban et en Bosnie. Il s’est également montré favorable à des sanctions économiques contre le régime d’Apartheid en Afrique du Sud.

En outre, John Kasich était aussi membre de la commission budgétaire de la Chambre des représentants entre 1993 et 2001 et en fut même le président durant cinq ans lorsque le Parti républicain reprit la chambre. C’est en tant que tel que, en 1993, il proposa sa propre réforme sur la santé qu’il opposa au plan de réforme proposé par Bill Clinton.

Depuis 6 ans Kasich affirme son influence dans l’Etat d’Ohio. En effet, nommé représentant des Républicains sans réelle opposition en 2010, il est nommé gouverneur en mai. Candidat à sa propre réélection en 2014, il écrase son concurrent démocrate Ed FitzGerald en obtenant 66% de votes contre 33% et en remportant 86 comtés sur 88.

John Kasich le favori des Républicains

Aujourd’hui candidat à la présidence, John Kasich est pour certains médias le favori des Républicains. Cela grâce ses positions modérées qui contrastent avec celles plus radicales d’un Trump. Mais l’ancien sénateur reste ferme sur certains sujets, et il est aussi considéré comme un conservateur. En effet, s’il se décrit comme un « défenseur de la vie », il a depuis 2011 signé de nombreuses mesures contre l’avortement.

L’abolition de la peine de mort ne semble pas non plus figurer dans ses ambitions, accordant la clémence pour seulement 66 demandes sur 1500 entre 2011 et 2014, marquant le plus bas taux de clémence d’un gouverneur de l’Ohio depuis 1980. Il est par ailleurs fermement opposé à l’usage du cannabis à des fins médicinales, expliquant qu’ « il y a d’autres moyens de soigner ceux qui souffrent ».

L’ancien sénateur se positionne pour représenter le Parti républicain à la primaire américaine.

Une longue expérience politique par rapport à ses concurrents

John Kasich est décrit par ses pairs comme étant un « solide républicain » avec une « forte tendance indépendante » même s’il est souvent étiqueté comme modéré ou conservateur, dû selon certains à son « image non-assumée ».

Le gouverneur de 63 ans peut donc s’appuyer sur sa longue expérience politique par rapport à ses concurrents. Connu du public, il affiche clairement ses positions et poursuit sereinement sa campagne, confiant de ses convictions de rassemblement des Américains. Bénéficiant du soutien de nombreux médias, il n’a probablement pas fini de surprendre son monde et même sa première victoire dans un Ohio normalement acquis à sa cause, le prouve. Mais cela risque de ne pas être suffisant pour rattraper le retard concédé sur Donald Trump. Prochain round : l’Arizona, l’Idaho et l’Utah mardi 18 mars.

Sources des photos : fivethirtyeight.com / dcwhispers.com