image vide image vide image vide
Biographie

Francesca Chaouqui: l’immaculée du Vatileaks 2

Publié le 13 juillet 2016,
par VisionsMag.
Partager
()

Francesca Immaculata Chaouqui, proche de l’aristocratie italienne et du Vatican, est la pièce maîtresse de l’affaire Vatileaks 2 révélée en avril 2015. Elle est soupçonnée d’être le cerveau de cette affaire de fuite de documents confidentiels sur les finances du Vatican. Cette italienne de 35 ans est extravagante, ambitieuse, secrète et joue son rôle avec lyrisme. Son personnage est digne des plus grands romans d’espionnage et se rapproche de l’époque où les Borgia régnaient sur le Vatican.

Qui est Francesca Chaouqui, cette calabraise aux cheveux d’ébène et au corps parfait ? D’après les journaux italiens, elle serait à l’image de « l’Italie d’aujourd’hui, car partie de rien elle a réussi à se tisser un réseau influent et a parfaitement compris l’utilité des médias et de la communication » .

Coïncidence ou simple calcul ?

Francesca Chaouqui est née dans la région de Calabre, d’un père français d’origine marocaine qu’elle n’a jamais connu et d’une mère italienne. Elle est élevée à San Sosti exclusivement par des femmes et après des études de droit, la Sapienza de Rome. Elle s’entoure des personnes les plus influentes au sein de l’aristocratie italienne et des grands noms de la finance. Francesca Chaouqui est ambitieuse, intelligente et soucieuse de se faire connaître.

Durant ses études et même jusqu’à sa nomination au COSEA, le comité de transparence des finances du Vatican, on la voit dans tous les salons de l’aristocratie et de la finance, notamment grâce au cabinet d’audit financier Ernst & Young, où elle a travaillé, en passant par ses connaissances à l’Opus Dei .

Son rôle dans l’affaire Vatileaks 2

Après l’affaire Vatileaks 1, le premier scandale financier au sein du Vatican, le pape François décide de réformer la Curie au niveau économique et financier. Pour cela, il constitue le COSEA et Francesca Chaouqui devient consultante et la seule membre laïc.

Le 2 novembre 2015, elle est arrêtée avec Mgr Vallejo Balda pour avoir transmis des documents cryptés au journaliste et ami Gianluigi Nuzzi. Ces documents prouvent le détournement d’argent d’un montant de 400 millions d’euros et l’utilisation de 200 000 euros au profit personnel de Mrg Bertone.

Franscesca Chaouqui clame son innocente

Depuis le début, Francesca Chaouqui clame son innocence mais, pour certains, il est difficile d’y croire. Il est vrai que sa réputation de jeune femme qui charme, provoque et arrive à ses fins, à la fois sérieuse, discrète et exubérante ne joue pas en sa faveur. Déjà sa nomination au sein du COSEA avait fait polémique et fait dire au père Filippo Di Giacomo, éditorialiste et vaticaniste pour le Venerdi di Repubblica que: « Francesca Chaouqui est une sorte d’offense à tous les catholiques de notre pays ».

Il est vrai que Francesca Immaculata Chaouqui joue avec son image et crée la polémique. Sa première controverse, va à l’encontre de Benoit XVI et de Mgr Tarcisio Bertone. En effet à l’époque elle écrit sur Twitter que le pape Benoit XVI est malade et que Mgr Bertone, numéro 2 du Vatican, est corrompu. Cela fait un scandale mais elle se défend en informant qu’elle a fait cela « pour aider Sa Sainteté ».

Ce côté puritain jure profondément avec des photos d’elle et de son mari dénudés qui circulent sur le Net depuis l’été dernier. Et l’affaire Vatileaks 2 ne va pas arranger son sort et celui de l’État le plus secret du monde.

La Mata Hari du Vatican

Mais dès son arrestation, elle déclare qu’elle est innocente et rejette toute la faute sur le prélat espagnol. Mais les aveux du cardinal à quelques heures de l’ouverture du procès de l’homme d’église lui seront fatals. En effet le religieux en larmes avoue et affirme avoir bien transmis ces documents, avec les codes pour les décrypter, pour plaire à la belle Francesca Immaculata Chaouqui dont il était « sous le charme ».

On saura ensuite aussi qu’elle lui envoyait des messages coquins. Mrg Balda dira aussi : « J’avais très peur d’elle, elle me disait […] qu’elle travaillait pour les services secrets, que son mari n’était pas son mari mais une couverture, elle était muy méchante, muy violente. » .

Un portrait et des aveux qui arrangent bien le Saint-Siege selon les bruits de couloirs. Car au travers des différentes polémiques sur l’italienne, on oublie ce que le Vatican tente de cacher dans l’affaire Vatileaks 2.

La montée fulgurante de Francesca Immaculata Chaouqi, au sein du Vatican et son rôle dans l’affaire Vatileaks 2.

Francesca Chaouqui : bouc-émissaire ou lanceuse d’alerte

Il serait question, d’après Emiliano Fittipaldi, de détournement d’argent d’une œuvre de charité pour cacher les pertes de la trésorerie vaticane d’un montant de 400 millions d’euros et l’utilisation de 200 000 euros au profit personnel de Monseigneur Bertone. L’affaire est en cours et fait grand bruit dans les rues de Rome avec cette question qui revient toujours et divise: Francesca Chaouqui : corbeau, bouc-émissaire ou peut-être même lanceuse d’alerte ?

Photos: liberoquotidiano.it / magazinedelledonne.it