image vide image vide image vide
Actualités

May invitée à un sommet de la nouvelle route de la soie en Chine

Publié le 8 février 2017,
par Reuters.
Partager
()

PEKIN/LONDRES (Reuters) – La Chine a invité la Première ministre britannique Theresa May à participer en mai à un sommet destiné à ouvrir une nouvelle route de la soie favorisant les échanges commerciaux entre l’Orient et l’Occident, indiquent des sources diplomatiques.

Cette initiative baptisée « One Belt, One Road » fait partie d’un programme voulu par le président chinois Xi Jinping qui verra l’investissement de plusieurs milliards de dollars dans des infrastructures ferroviaires, portuaires et des réseaux électriques en Asie, en Afrique et en Europe.

La Chine a mobilisé 40 milliards de dollars dans un fonds de la route de la soie et l’idée est la colonne vertébrale soutenant la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures dotée de 50 milliards de dollars.

Les autorités chinoises ont, pour l’instant, fourni peu de détails sur les participants à ce sommet qui se tiendra à Pékin.

Le Conseiller d’Etat, Yang Jiechi, a indiqué la semaine passée au China Daily que les dirigeants d’une vingtaine de pays ont confirmé leur présence et qu’ils représenteront l’Asie, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine.

Une source diplomatique ayant connaissance de la liste des invités a précisé à Reuters que Theresa May faisait partie des dirigeants conviés à ce sommet.

« La Chine choisit les pays qu’elle considère comme amis et qui auront le plus d’influence dans la promotion de ‘One Belt, One Road' », a précisé cette source.

« Il s’agit de l’événement diplomatique le plus important de l’année pour la Chine », a précisé une autre source.

Des conseillers de Theresa May ont confirmé que la chef du gouvernement se rendrait cette année en Chine pour discuter des relations commerciales entre les deux pays sans fournir de précisions sur le contenu de cette visite.

Theresa May multiplie les déplacements à l’étranger afin de s’assurer de partenariats en dehors de l’Union européenne avant le déclenchement de la procédure du Brexit d’ici la fin du mois de mars.

L’enjeu est de s’assurer de l’engagement de puissances comme les Etats-Unis, l’Inde ou la Turquie à un renforcement de leurs relations commerciales avec le Royaume-Uni afin de se présenter en position de force face aux Européens au moment d’entamer les négociations de sortie du bloc communautaire.

 

 

(Ben Blanchard et Elizabeth Piper; Pierre Sérisier pour le service français)